Commune française appartenant au département du pas de Calais et de la région Hauts-de-France, Calais est l’union de la ville de Saint-Pierre, ville industrielle et celle du courghain, la ville de Calais à l’origine fut une ville de pêcheurs. En 997, Baudouin IV de Flandre modernise le port en construisant deux grosses tours qui existaient déjà vu qu’elles étaient cédées à Caligula, dont l’une était placée au centre des sables au nord de la ville et l’autre qui protégeait l’estuaire de la rivière de Guignes approvisionnée par le Marais de Guines qui fut placé sur le littoral qui se situait derrière à cause de l’infraction marine Dunkerque II.

En 1224, Philippe Hurepel, compte de Boulogne et descendant de Philippe Auguste construit un mur comportant de petites tours placées stratégiquement ; ce qui renforce la forteresse. Ensuite, il va construire un grand donjon qui sera détruit en 1560 afin et une citadelle sera construite à la place. Au cours de la guerre des Cent Ans, le roi Edouard III d’Angleterre originaire de la maison angevine des Plantegenêts réclamait la couronne de France.

Après avoir gagné la guerre de Crécy en Ponthieu en 1346, il rechercha une ville dotée d’un port qui servirait au débarquement de ses troupes en France et il portera son choix sur Calais et de ce fait, il entama les travaux le 4 septembre 1346 où il construit un siège dont la durée était de onze mois.
Et à l’entame du mois de septembre 1346, Calais qui fut protégée par les marais desquelles elle est entourée, et qui sont envahies par les eaux était défendue par une garnison dirigée par le commandement d’un chevalier venant de Bourgogne appelé Jean de Vienne avec pour adjoint, plusieurs chevaliers d’Artois comme Ernoulz d’Audrehem, Jehans de Surie (ou, de Sury), Baudouins de Belleborne (ou, de Bellebrune), Joffroy de le Motte, Pépin de Were (ou, de Wiere, ou, de Werie), les sires de Beaulo, de Grigny. Constatant que l’armée anglaise s’était installée certainement, Jean de Vienne qui craignait d’être obligé par la famine à abdiquer, pris la décision de se séparer de personnes inutiles et de chasser de la ville celles qui ne possèdent pas de biens et de provisions. A cette époque il yavait peut de combat sur terre, mais en mer le roi anglais positionna 25 bateaux face à Calais. Mais plusieurs bateaux génois appartenant à la France purent détruire le blocus et des navires normands et des marins d’Abbeville s’empressèrent de ravitailler Calais et les autres.

La ville connue d’autres batailles, l’invasion anglaise, l’occupation au cours de la seconde guerre mondiale. Après la guerre, plusieurs quartiers détruits ont été reconstruit au nord de la ville même s’il n’existait pas de finances pour la reconstruction. Ce qui va entrainer une reconstruction d’urgence qui représentera une architecture urbaine de la ville pendant de nombreuses années. Et au cours de la seconde moitié du XXe siècle le port de Calais garde la première place dans le transport transmanche, dépassant le port de Boulogne sur mer. Avec la construction et la mise en service du Tunnel sous la Manche en 194, la ville connaitre un essor considérable avec la création d’emplois, la création de nouveaux commerces tels que la Cité Europe, plusieurs édifices routiers tels que la ligne TGV Nord, autoroutes A16 et A26. Mais en même temps, Calais est confrontée à de problèmes économiques, caractérisés par la fermeture de plusieurs entreprises, mais également la crise de réfugiés qui veulent rallier à tout prix l’Angleterre.